C.A.P VERS L’ÉVEIL DE SON POTENTIEL POUR BATIR SA VOIE PROFESSIONNELLE

Presque tous les adultes se retrouvent à un moment ou l’autre dans cette lutte contre eux-mêmes en se demandant :

Qu’est-ce que je vais faire maintenant ?
– Qu’est-ce qui me passionne ?
– Suis-je capable de faire autre chose ?
– Comment trouver un travail qui a du sens pour moi ?

Éveiller son potentiel pour bâtir sa voie professionnelle, avancer vers sa réussite passe par des caps à traverser, des étapes à franchir,

Ce guide du cap vers son potentiel vous transmet les 3 phases de démarrage pour s’envoler vers son projet.

CROIRE

Croire à l’enchantement dans notre vie. Se rendre compte que la vie est faites de plusieurs choix, plusieurs voies possibles.

Nous sommes formatés pour suivre un moule dès le plus jeune âge et d’orienter notre vie professionnelle en fonction des repères des autres, de l’expérience de ceux qui savent comment fonctionne le monde des actifs. Nous avons pu aussi faire notre propre analyse de ce qui nous correspondait ou pensait nous correspondre et nous nous sommes orientés dans ces études et ce travail par la suite. Nous avons aussi pu orienter notre carrière avec l’objectif de gagner sa vie et de rentrer dans le monde des adultes le plus vite possible.

J’ai fais moi-même ce choix. J’avais échoué le concours d’orthophoniste à deux reprises alors il fallait bien trouver une issue, j’ai eu l’opportunité de rentrer dans le secteur de la finance pour gagner ma vie et démarrer ma vie de jeune femme libre.

Ce travail était un passage, une façon de mettre le pieds à l’étrier, à se confronter au monde du travail. Mais tout cette expérience était un passage, une étape.
Savez-vous qu’une étude montre que l’adulte change de voie professionnelle au moins trois fois dans sa vie active. Aussi, le potentiel de développement est grand. De nombreuses sources d’inspiration et d’idées sont en nous et autour de nous.

L’expérience accumulée aux cours de ses années passées, éveille en nous des idées, des envies, des découvertes de nos potentiels si on veut bien les écouter, les regarder.

J’ai compris qu’il était possible de s’épanouir dans son activité, puis un jour de sentir que nous avons fait le tour que d’autres choses nous passionnent, de perdre l’enthousiasme que l’on avait au départ.

Je sais aussi que l’on peut faire son travail juste pour vivre, mais à quel prix ?
On peut aussi rester un certain temps dans cet état d’esprit, faire croire que nous sommes épanouis dans notre travail, après tout nous on a un «job » c’est pas si mal, on n’a pas à se plaindre »

Ce qui peut nous emmener dans la voie du changement c’est de croire que l’on peut faire autre chose, autrement.

Aussi, prenez le temps maintenant, levez la tête de ce document, regardez au loin devant vous en prenant un bonne inspiration et posez-vous cette question essentielle :

  • qu’est-ce qui me tient à coeur aujourd’hui ?

Très souvent nous nous limitons dans nos capacités, nous nous pensons pas capable et nous polluons notre cerveau avec des croyances limitantes qui nous empêchent de croire en notre potentiel d’évolution.

ACCORDER

L’étape suivante est essentielle dans la mise en mouvement de sa quête professionnelle.

Accorder de la place à la réflexion sur son projet, son idée pour lui donner vie.

Un tel changement demande de prendre du recul, de sortir de l’instant présent, de l’action immédiate.
Souvent je me suis dis je n’ai pas le temps de me poser pour ça, j’ai d’autres priorités, je ne peux pas, c’est pas le moment.

J’ai reporté des centaines de fois le temps où je m’occuperais de moi et mon avenir professionnel. Et même pour vous dire quand je pouvais avoir le temps je m’arrangeais pour faire autre chose, m’occuper autrement, et je dis bien m’arrangeais car s’occuper de soi me faisait peur, me mettait dans l’inconfort, de renvoyait à mes doutes. Et pourtant, our aller plus loin dans la réflexion, oser penser à sa quête professionnelle et bien là la 2ème étape.

Le laissez vivre à l’intérieur de soi tout en restant connecté aux ressentis que nous éprouvons quand nous pensons à ce projet, cette idée.

Et si des doutes, des peurs apparaissent, chassons-les et revenons focus sur ce qui est essentiel pour nous aujourd’hui, ce qui nous motive, et allons au-delà de nos peurs.

Se fixer donc un but à atteindre, un objectif enthousiasmant qui fait sens pour nous et garder le cap sur celui-ci.

Voici 3 questions essentielles pour aider à sa réflexion si on accorde le temps de l’analyse.

  • Sur quel sujet pouvez-vous passer du temps à réfléchir, à échanger, sans vous lasser et sans voire le temps qui passe ?
  • Qu’aimez-vous apprendre ? et apprendre davantage ?
  • Quels sont les problèmes que vous aimez résoudre et dans lesquels vous vous sentez plutôt compétents et à l’aise ?

Pour gagner en efficacité dans cette étape, prenez vous 15 mns, isolez-vous, trouvez un endroit au calme, prenez de quoi notez et répondez par écrit à chacune de ses questions.

PERSEVERER

La 2 ème étape essentielle est de rester FOCUS, persévérer en restant en alerte sur ce projet.

Accorder de la place mais aussi persévérer dans le temps.

Tenter sa chance, rester en contact avec notre choix, passe par un changement d’habitude, en sortant de la « routine », se renseigner, s’informer, se connecter régulièrement à ce qui nous porte et cela prend du temps

Faire autrement, c’est s’accorder de la place et du temps en changeant notre façon de faire, d’être, petit à petit.

Le doute s’estompe avec la pratique, notamment si la puissance du coeur se met au service de la mission qui nous porte.

Une habitude se ramollie par la pratique régulière d’une autre expérience qui prend du sens dans la pratique et la persévérance.

Est-on prêt à perdre nos habitudes de faire, de penser, d’agir, d’être… différent.
Aristode a dit « nous sommes ce que nous répétons sans cesse ».

Faire l’effort de changer nos habitudes pour éveiller notre potentiel et s’orienter vers sa destinée passe par la persévérance.

Sa quête professionnelle peut être jonchée d’obstacles, de frustrations, d’échecs, de réorganisation.

Je ne dis pas que c’est facile, j’ai moi même essuyer des revers, j’ai échoué, essayer des choses qui n’ont pas abouties, j’ai voulu arrêter maintes fois mais au fond je suis convaincue que y croire en permanence, donne la foi de poursuivre et de persévérer. Je dirais même que ces expériences échouées m’ont fait grandir et me rapprocher de ma vrai quête professionnelle avec le temps et malgré la difficulté.

Agir, nous rendre à l’écoute de nos désirs et diminuer la place que nous accordons à notre jugement intérieur et nos croyances limitantes sont les clés d’accès à notre envol vers notre destinée professionnelle.

Et si au final, nous enrichissions nos croyances de nos possibilités ?